28/03/2019
by REGIS YANCOVICI

La course vers la nullité… des frais de gestion 😉

Les frais, cheval de bataille des sociétés de gestion…

Les gestionnaires d’ETF se sont lancés dans une course effrénée à la baisse des frais de gestion. Si de prime abord, on  aurait pu croire que les plus gros efforts seraient réalisés par la gestion active, force est de constater que la pression est également et peut-être surtout du coté ETF.

Tous les gestionnaires européens Lyxor, Amundi et iShares en tête ont lancé une gamme « coeur » sur des indices historiques avec des frais inférieurs à 0.10%. Fidelity a fait encore plus fort en baissant les frais de certains fonds indiciels jusqu’au niveau de la mer, soit 0 (zéro, oui) fin 2018 !

Ne jouez pas au tiercé

On ne saurait trop vous recommander de ne pas sélectionner un ETF sur ce seul critère. Les frais ne sont qu’un seul aspect qui séparent votre placement en ETF de l’indice. Le « spread » de liquidité (écart acheteur/vendeur en bourse) pèse également. Cet écart n’est connu qu’au moment de passer son ordre. Mais, gardez à l’esprit qu’il est essentiellement dépendant de la liquidité de l’indice sous-jacent et des conditions de marché.  Pour être complet sur la différence de performance entre un ETF et son indice de référence, une éventuelle activité de prêt de titre viendra améliorer la performance.

Mais on ne le répétera jamais assez, choisir un ETF, c’est avant tout choisir un indice donc une classe d’actif.